mercredi 14 juin 2017

Mariage à l'Ecossaise de Tessa Dare

Bonjour tout le monde,

Il était impensable que je fasse l'impasse sur la chronique de ce roman... 
je ne vais pas vous faire languir bien longtemps, c'est un est un énorme coup de coeur et je dois dire que c'est avec beaucoup de regret que j'ai refermé les dernières pages... 



Résumé 

Comment faire ses débuts dans le monde quand on est une jeune fille anxieuse et d’une timidité pathologique ? Madeline Gracechurch est une godiche et elle le sait. Incapable d’affronter le badinage de la haute société, elle s’est inventé un soupirant pour qu’on lui fiche la paix : un fringuant Écossais, le capitaine Logan MacKenzie, qu’elle aurait rencontré à Brighton, et qui est fou d’elle car, dans sa correspondance avec ce fiancé imaginaire, Madeline a toutes les audaces. 


Mon avis 


A bientôt 16 ans, il est grand temps pour Madeline de faire son entrée dans le monde. Seulement voilà, Madeline n'est pas une fille ordinaire, avec des rêves de filles ordinaires, du moins, finit-elle par se persuader. Ce que Madeline souhaite par dessus tout, c'est qu'on la laisse tranquille. Elle souffre depuis l'enfance d'une timidité maladive et d'un manque de confiance en elle et c'est avec effroi qu'elle découvre que sa belle-mère, gentille au demeurant, a prévu de préparer sa toute première saison... 

Ni une ni deux, Madeline prend la décision de s'épargner cette épreuve insurmontable en s'inventant un fiancé. 
Mais, elle ne se contente pas de créer un personnage fictif, non, non. Sa fourberie va plus loin que ça, puisqu'elle se met en tête de procéder à un échange épistolaire avec un certain capitaine Logan MacKenzie, qu'elle se plait à nommer affectueusement dans ses missives le "capitaine Macfantasme", "capitaine MacDélire" ou bien encore "Capitaine Macfantaisie"... Et pour qui elle n'a aucun secret ! Mais vraiment aucun, et certains passages sont hilarants ! Surtout lorsqu'elle se décrit comme le boulet du siècle ;) 

Et c'est de manière tout à fait improbable et inattendue que tout son entourage tombe dans le piège rondement mené par la demoiselle timide, mais cependant non dénuée d'intelligence.  
Maddie voit ses rêves les plus fous se réaliser et sa ruse réussir au delà de toute ses espérances. Son oncle lui lègue un château en Ecosse persuadé qu'elle serait heureuse de vivre dans le pays de son cher capitaine en attendant son retour... Il ne croyait pas si bien faire ! 

Elle va donc mener une vie paisible au côté de sa tante dans cet obscur château des Highlands et se consacrer tout naturellement à sa passion pour le naturalisme, le dessin, la lecture, tout en se permettant le luxe de ne plus se voir imposer une saison à Londres. 

Jusqu'au jour où Maddie décide de mettre fin à cette idylle fictive en tuant purement et simplement son capitaine à la guerre. Triste nouvelle... qui lui permet néanmoins de continuer à mener sa vie comme elle l'entend. Vu son âge (26 ans) elle se classe dorénavant dans la catégorie des vieilles filles et si un jour elle avait pu avoir quelques aspirations romantiques, elles sont mortes dans l'oeuf ! 

Tout va pour le mieux, jusqu'au jour où le capitaine Logan MacKenzie himself vient frapper à sa porte pour réclamer son dû... 
Jamais, Madeline ne s'était imaginée que ces lettres tomberaient entre les mains d'un parfait inconnu... et pourtant ! Face à elle ne se trouve pas un fantôme, mais un être de chair et de sang, bien vivant... 
La jeune femme se retrouve dans une impasse... soit elle accepte de l'épouser, soit elle prend le risque qu'il dévoile sa supercherie aux potins mondains friands de scandales... Acculée, elle n'a d'autre choix que de se plier à la volonté de son ombrageux fiancé. 
Madeline aurait pu lui reprocher son odieux chantage, sauf qu'elle découvre qu'il n'est pas venu seul, mais avec ses amis, soldats, malmenés par la vie et qui sont devenus en quelque sorte une famille pour lui. Amis, pour qui Logan est prêt à tous les sacrifices afin qu'ils aient enfin un toit bien à eux au dessus de leur tête. 
On ne comprend pas réellement ses motivations au départ. Sont-elles intéressées ou purement altruistes ? On apprendra par la suite, et avec beaucoup d'émotion je dois dire, que c'est bien plus compliqué qu'il n'y paraît... 

Au début de l'histoire, lorsque j'ai découvert les lettres de Maddie, j'étais déjà sous le charme, mais la suite n'a fait que confirmer mon engouement pour cette lecture... 

Surtout lorsque elle lui rappelle constamment qu'à tel ou tel moment, il est attachant et que ça ne lui facilite pas la tâche pour le haïr. Ou bien encore lorsque, loin de se laisser impressionner, Madeline vient bouleverser ses certitudes par sa prévenance, sa gentillesse, son inquiétude constante à son égard. 

Alors on pourrait croire que c'est une histoire cousue de fils blancs, invraisemblable, sans grande crédibilité... et pourtant ! Je me suis prise au jeu ! Après tout, je ne sais pas vous, mais lorsque je lis un roman je ne suis pas forcément en recherche d'un trop plein de réalisme... Sauf quand c'est vraiment surréaliste... ici ce n'est tout de même pas le cas. 

A tel point que j'ai enchaîné les pages avec enthousiasme ! 

D'abord parce que Tessa Dare nous a offert des dialogues aux échanges savoureux, des personnages attachants, une intrigue, bien que prévisible, rondement menée, et une histoire d'amour comme on aimerait en lire plus souvent. 

Ne vous attendez surtout pas à un roman plein d'intrigues ou d'aventures romanesques... le gros point fort de ce roman à mon sens, réside dans la qualité de ses personnages et les dialogues.  
Entre une Madeline chaleureuse, généreuse qui, au contact de cet homme se révèle, et un Logan dont la carapace rigide cache néanmoins beaucoup de "mou" (vous comprendrez pourquoi en lisant le roman ;) ), les certitudes de l'un et l'autre vont voler en éclat pour leur permettre de mieux d'apprivoiser. 

Ce livre m'a vraiment beaucoup touché... et la raison est très simple... Logan m'a bouleversé. Jamais un héros ne m'avait causé autant de peine. J'ai vraiment été émue par son histoire, par ses souffrances, par son vécu douloureux et par l'importance de ses lettres à ses yeux. Et aussi peut-être parce que je suis hypersensible en ce moment ;) 

Pour conclure, voilà un roman que je vous recommande sans réserve ! Coup de coeur garanti ! :) 

Bonne lecture, ou pas, 

Sanasan 




    

vendredi 2 juin 2017

Challenge Romance / Avis groupé janvier et février

Hello tout le monde !! 

Voici mon avis groupé sur les 3 premiers romans du challenge "Un an sous le signe de la romance". 


Janvier : une romance dans laquelle nos héros entretiennent une relation d'amour/haine



Résumé 

Lisieux, juin 911.
Depuis le massacre de ses parents par les Vikings, Aigline dirige le domaine d’Allier Morel ; mais une nouvelle attaque a lieu et elle assiste, impuissante, au meurtre de son frère. Pire, les envahisseurs la contraignent bientôt à épouser l’un des leurs, celui-là même qui a assassiné Cédric ! Consciente que la survie de ses gens dépend de son mariage, Aigline accepte de s’unir à Wulfric malgré la profonde haine qu’elle éprouve à son égard. Mais le Viking la surprend par son comportement étrange ; s’il la malmène pour la punir de son insolence, elle a pourtant l’impression qu’il tente de l’apprivoiser. Et s’il n’était pas le barbare insensible qu’elle redoutait ?

Mon avis 

Je ne vais pas m'éterniser à vous raconter l'histoire, le résumé a cela d'efficace qu'il précise parfaitement ce à quoi nous devons nous attendre. 
La vie de notre héroïne, Aigline, bascule le jour où le domaine familial d'Allier Morel est attaqué par une horde de vikings. 
Afin de sauver les habitants de châteaux ainsi que les villageois, elle n'a d'autre choix que d'épouser celui qui a tué son frère (le terme "assassiné" est incorrect, cela sous-entendrait qu'il l'a fait en lousdé et prémédité, alors qu'ici, la mort survient lors de combats réguliers). 
Vous l'aurez compris l'intérêt du roman réside dans le fait de découvrir de quelle manière ces deux-là vont réussir à s'apprivoiser alors que par ailleurs, tout commence de manière dramatique entre eux. 
C'est une romance médiévale, cela sous-entend que ce n'est pas une romance "classique" et que la violence s'invite entre nos protagonistes. 
En habituée du genre, cela ne me choque absolument pas. Au contraire, je salue le travail de l'auteur qui respecte un contexte historique indispensable pour l'amoureuse de la romance historique que je suis. Ensuite, ce qui m'a particulièrement plu c'est que son travail est très documenté. Penny Watson Webb n'a pas seulement pondu une histoire d'amour entre deux personnes comme on pourrait s'y attendre, mais elle s'attarde sur les détails historiques et références qui enrichissent son récit. 
Si je ne devais mentionner qu'un seul petit bémol se serait le revirement un tantinet rapide d'Aigline après son passage en confession... J'avoue que j'ai eu un peu de mal à comprendre. Cela dit, ça ne m'a pas empêché d'apprécier l'ensemble. 

Est-ce que j'ai aimé ? 
Sans le moindre doute ! 



Février : Une romance dont le titre mentionne le mot "amour" pour célébrer la St Valentin.



Résumé 

Cela s’appelle tomber de Charybde en Scylla : afin d’échapper à un importun, Juliana Fiori commet l’erreur de se réfugier dans la voiture de Simon Pearson. Et, une fois de plus, l’arrogant duc la traite en gamine effrontée. Impulsive et rebelle comme toutes les Italiennes, elle incarne tout ce qu’il déteste chez une femme. Apprenant qu’il s’apprête à conclure un mariage de raison avec une débutante irréprochable, Juliana se moque de lui et lui lance un défi : elle lui prouvera qu’il est incapable de résister à la passion ! Amusé, Simon accepte et lui laisse quinze jours pour se couvrir de ridicule. Cela servira de leçon à cette petite impudente. Mais est-il aussi infaillible qu’il le pense ?

Mon avis 

je ne vous ai malheureusement pas parlé du premier alors que cela avait été un vrai coup de coeur ! 
Je saute directement au tome 3 qui narre les aventures de la demi-soeur "illégitime" et italienne des héros des premier et deuxième tome. 
Ici point de défis comme pour le premier volet, mais l'héroïne dispose de 15 jours pour prouver à Simon que nul homme ne peut rester de marbre face à la passion... 
Juliana a du mal à se faire à la bienséance britannique, son sang italien la pousse parfois aux excès en tout genre et au comportement parfois déplacé. Mais au début de l'histoire c'est ce qui nous plait particulièrement... ça, et son sens inouïe de la répartie. 
Les échanges entre elle et Simon Pearson sont savoureux, prenants, parfois hilarants... et c'est ce qui fait la force de la première partie de ce roman. 
En revanche, la seconde partie m'a semblé bien longue car rien de moins qu'une répétition excessive de ce qui se passe en première partie. Juliana abuse un peu des excès... A un moment, on se dit, qu'elle va finir par comprendre et se calmer un peu... mais non ! Elle repart au combat et pour être honnête ça en devient saoulant. 
Quand au héros, pour tout vous dire, il ne m'a pas laissé un souvenir impérissable... J'ai presque tout oublié le concernant, sauf, qu'il est psycho-rigide, voilà ! 
Me voilà donc avec un avis très mitigé pour un roman dont j'attendais beaucoup (trop)... Une excellente première partie, et une suite pas franchement à la hauteur. 

Bonne lecture, ou pas :) 

Sanasan, 








mercredi 31 mai 2017

Mon séjour en Ecosse

Hello tout le monde,

Un voyage en Ecosse, terre de prédilection de mes romans, ça mérite que je me penche un peu sur le sujet, non ? 

Quelques petits conseils pour commencer : 

- Prendre un ticket de transport à la journée !! 4 livres contre 1,60 par trajet. 
- Je vous conseille l'hôtel, Premium Inn (j'avoue, le nom ressemble à s'y méprendre à un hôtel de passe ou un hôtel à la Norman Bates, au choix)... Cela dit, il est hyper bien situé compte tenu du prix proposé (5mn à pieds du château) et les chambres sont nickels !! 
- Munissez-vous d'un pass visite de 3 ou 5 jours pour les châteaux. Vous pourrez en visiter autant que vous voudrez et l'avantage, c'est que les visites ne sont pas obligatoirement consécutives. Si vous souhaitez faire une pause d'une journée dans vos visites, pas de soucis ! Evidemment l'intérêt premier est que cela revient moins cher. 

Sur ma page facebook, j'ai partagé avec vous quelques photos de mon périple. Cependant, si je devais entrer dans le détail ça donnerait ça : 

Afin que vous puissiez vous situer, je vous mets la carte de la ville. 



Jour 1 : Visite d'Edimbourg 

- Visite du château d'Edimbourg situé au milieu de la ville qu'il surplombe... tout simplement grandiose !! On en prend plein les yeux !  

- Visite du centre historique en sortant du château, un peu de shopping sur Prince Street et direction la colline de Calton Hill pour découvrir le "Dugal Stewart monument" et le "national monument"... 
En prime, vous aurez une vue dégagée sur toute la ville. Et s'il fait beau (ne rêvez pas trop) c'est également l'endroit idéal pour un pique-nique... 
Pour celle qui ont lu les demoiselles d'Arisaig, le héros, Neil est affectueusement surnommé "Apollon"... Dans mon esprit (mais pas encore dans celui des demoiselles) ce jeune homme est originaire d'Edimbourg surnommé l'Athènes du Nord, il était donc logique que son surnom soit en rapport avec le mythe du Dieu grec de la beauté ;) 
Le national monument érigé pourtant au XIXeme siècle, n'est pas sans rappeler l'architecture de la Grèce Antique... c'était le but ! D'ou le surnom donné à la ville d'Edimbourg. 

- Ensuite direction de Palace of Holyroodhouse... Et là, manque de bol, les visites étaient impossibles ce week-end précisément, car lieu de villégiature de quelques têtes couronnées... honnêtement, je ne sais pas lesquelles ?!





Jour 2 : Visite du Château de Craigmillar

- Facile d'accès si on ne se trompe pas d'entrée ?! Les habitants d'Edimbourg vous conseillerons de descendre à la station "Great infirmary"... ne les écoutez surtout pas !! L'entrée se situe au niveau de la station Craigmillar Castle... logique me direz-vous ? Sauf pour lesdits habitants et accessoirement pour le conducteur de bus. Un spécimen d'ours mal-léché à l'accent aussi facile à comprendre que du latin en début d'apprentissage... 
Une visite qui vaut largement le détour... Tout d'abord, le château est très bien conservé, ensuite, il n'y a pas foule, contrairement au château d'Edimbourg qui regorge de touristes en tout genre.
Cela dit, priez le Dieu que vous voulez, que les éléments ne se déchainent pas contre vous... la pluie a ceci de terrible qu'elle flingue toute coiffure digne de ce nom... 

- Retour à Edimbourg et visites consacrées à l'univers Harry Potter... Alors pas forcément parce que j'y suis sensible, honnêtement, je m'en tamponnais même un peu, mais ma fille m'a expressément demandé de prendre des photos des lieux insolites en rapport avec le célèbre roman. A savoir, la fameuse rue aux façades colorées qui a inspiré la rue de Traverse, l'éléphant house, et le Balmoral. 

- Diner sur Grassmarket place... Plein de petits pubs sympa à l'ambiance typique. 









Jour 3 : Direction Stirling

- Direction Waverly Station pour prendre le train pour la ville de Stirling située à environs une heure d'Edimbourg. Un petit conseil, prenez votre ticket ALLER/RETOUR. Tout d'abord parce que c'est moins cher et parce que ça vous permettra peut-être de ne pas rater le train et donc... de devoir attendre sous les éléments déchainés le suivant... 
- Arrivée à Stirling et visite du célèbre château cher à mon coeur puisque le roman que je viens de terminer "Prophétie d'automne" mentionne ce fameux château et le roi qui l'a rendu célèbre "Robert de Bruce". 
- Ensuite vous pourrez visiter le demeure bourgeoise de Archibald et Anna Campbell... Votre pass vous permet d'y accéder gratuitement. 
- Direction le centre ville qui n'a d'autre intérêt que de proposer tout un tas de café ou salon de thé pour se réchauffer... je sais qu'en ce moment un peu partout en France, la chaleur est accablante, mais croyez-moi, en Ecosse on est vraiment trèsssss loin des températures estivales parisiennes ou autres. 






Jour 4 : Fin des visites à Edimbourg

- Direction le musée nationale qui, sans être transcendant propose, par exemple, une aile dédiée à la mode à travers les âges. Le reste ne présente pas un grand intérêt quand on a le Louvre à côté de chez soi... Leur collection égyptienne pour ne citer qu'elle, est loin de faire pâlir d'envie celle du Louvre, ou leur galerie de l'évolution qui n'est pas non plus au niveau de celle du jardin des plantes (toute trace de chauvinisme parisien sera sévèrement puni par la loi)... Bref, c'est une visite à effectuer mais dont vous pouvez vous passer si vous manquez de temps. D'autres lieux d'intérêt méritent qu'on leur accord notre attention ;) 

- Visite du Greyfars Kirk et le cimetière dont l'atmosphère mystique vaut le coup d'oeil. 

Nous avions prévu de nous rendre à Portobello Beach... mais les transports en communs ne sont pas d'une efficacité redoutable. J'en suis même arrivée à regretter la ligne 13 c'est pour vous dire !! Du coup, nous avons dû abandonner la mort dans l'âme. 




Edimbourg est une ville qui, sans nul doute mérite qu'on s'y attarde, mais 4 jours étaient déjà suffisants pour découvrir la petite capitale de ce pays qui m'inspire tant ;) 
Cela étant dit, je vais vous avouer un truc... j'ai adoré, qu'on soit bien d'accord ! Mais... mon coeur n'a pas palpité autant que lors de mon séjour en Irlande.... Voilà ! C'est dit :) 

Bon séjour écossais... ou pas ;) 

Sanasan,

The Last Kingdom / Vikings

Hello tout le monde,

Sur l'exemple de ma copinaute "Cellardoor", je vous propose aujourd'hui un avis groupé de 2 séries que j'ai littéralement dévoré.


La saison 2 de The Last Kingdom  



Cette saison compte 8 épisodes que j'ai vu en deux jours... C'est assez édifiant concernant l'addictivité qu'a provoqué cette série.

Si vous avez lu mon avis concernant la première saison, vous vous souvenez certainement que j'ai eu un peu de mal à accrocher au début. J'avais trouvé la mise en place de l'intrigue et la présentation des différents protagonistes un peu longuettes.

Ici, on entre directement dans le vif du sujet et la série éveille l'intérêt dès le départ. Nous retrouvons bien entendu le héros Uthred, (toujours aussi con, que je crois même avoir qualifié de héros au rabais à cause de son inconstance avec les femmes) cela dit, j'ai quelque peu révisé mon jugement le concernant. C'est un con, mais utile... et beaucoup moins inconstant !!

Il est bien entendu l'élément central de toutes les machinations, conspirations, etc. Cela dit, cette saison met le focus sur les nombreux personnages secondaires. Beaucoup auront un rôle déterminant dans les enjeux de pouvoirs et prendront de plus en plus d'ampleur dans la suite des événements. C'est vraiment important de le souligner, car c'est leur histoire que nous aurons à coeur de suivre. Et c'est le gros points positifs de cette seconde saison.

Alors c'est une série médiévale, la violence était une caractéristique propre à l'époque. Donc, le coefficient boucherie reste très élevé et peu rebuter les âmes sensibles.
Abstraction faite de ce point "négatif" mais néanmoins réaliste et qui colle parfaitement à l'environnement barbare du Moyen-âge, vous apprécierez peut-être l'attrait historique d'une période pas forcément connu du grand public.

Le Roi Alfred met en place les différentes pièces de son échiquier politique qui doivent lui permettre à terme, d'unifier l'Angleterre, divisée en 4 grands royaumes indépendants (La Mercie, La Northumbrie, Le Wessex et l'Est-Anglie... toujours bon à savoir ;) ).
Un petit conseil pour terminer, on ne le précisera jamais assez mais dans ce genre de série, il vaut mieux ne pas vous attacher aux personnages.

Pour conclure, je dirais que la suite est plus qu'à la hauteur et qu'elle dépasse même largement mes attentes. Une excellente série, que j'ai pris grand plaisir à dévorer :)


Viking Saison 1 



Je ne sais pas du tout par quoi commencer concernant cette série. Je crois que c'est assez révélateur de l'ambiguïté de mes sentiments la concernant. La preuve ? Je me répète !!

Viking est une série passionnante... on est happé dès le début par l'ambiance scandinave du IX eme siècle, retranscrite avec un certain succès je dois dire. Les paysages sont époustouflants, les costumes, les décors, tout a été parfaitement mis en scène.

Les personnages, encore une fois, très nombreux, sont intéressants, à des degrés différents, mais avec des personnalités énigmatiques qui nous déstabilisent un peu.

Pourquoi est-ce que je dis ça ?

Ici, ceux qui sont censés être les héros de la série, sont en quelque sorte des anti-héros. A commencer par Ragnar et sa femme, Lagherta... Loin du preux chevalier, Ragnar est cruel, sanguinaire (si si j'exagère à peine), mais toutefois il est resté sympathique à mes yeux. C'est cet antagonisme qui m'a un peu bousculé dans les convictions que j'ai du héros parfait.
Le mode de vie scandinave et les croyances de l'époque sans doute...

Nous allons donc suivre les aventures de ce Ragnar qui sera la premier Viking a voguer vers les terres de l'Ouest dans l'unique dessein de piller les habitants des royaumes de l'Angleterre pas encore unifiée par Alfred le Grand. (et ouais, il n'y va pas pour rien le bougre).

Là encore, âmes sensibles, passez votre chemin... Les scènes de violences sont légions, explicites et peuvent vous rebuter par leur récurrence.

Tous les éléments étaient réunis pour que cette première saison suscite mon intérêt, et à bien des niveaux, ce fut le cas... mais... j'avoue qu'à la fin, tel un ballon de baudruche, mon intérêt à décru...
j'ai commencé à trouver les intrigues répétitives.
On s'embrouille ? On se bat et si possible on en tue un max... et on recommence...

Bref, une série qui ne m'a pas forcément convaincue, cela dit, à la lecture du synopsis de la saison suivante, le ton est donné et les lignes risquent de pas mal bouger, ce qui me donne envie de découvrir la suite... mais pas maintenant :)

Bon visionnage, ou pas ;)

Sanasan

mardi 21 février 2017

Les demoiselles d'Arisaig... la genêse

Bonjour tout le monde,

Article un peu particulier qui fait écho à mon actualité du moment...
Ben oui, les demoiselles d'Arisaig sera très bientôt disponible, du coup, je me suis dit que ce serait sympa de vous raconter comment moi, inconditionnelle de romances historiques, me suis mise à écrire une comédie romantique et surtout ce qui m'a inspiré :)

Le premier roman que j'ai écrit n'est pas celui qui va paraître mais un autre dont le titre (non définitif) est "le journal d'Anna"... une romance historique qui se déroule à Boston et dans le Montana. 
Comment ? Quoi ? Ce n'est pas une romance historique qui se déroule dans l'actuelle Grande-Bretagne ? Ben non ;) Mais l'Amérique à la fin du XIX eme siècle c'est bien aussi !! 

J'étais donc en pleine écriture de ce roman lorsqu'il m'est arrivée une galère pas possible !! Et bêtement hein !! Sinon ce serait pas drôle ;)

Je suis en train de regarder sur l'ordi "coup de foudre à Nothing Hill" dans mon lit... je glousse lorsque Spike montre à William ses tenues pour son futur rencard.


Visiblement, ça gonfle ma chère moitié qui me demande d'aller au salon parce que je l'empêche de dormir... 
Je prends mon ordi et me dirige vers le salon... J'ai deux marches qui permettent d'accéder au salon... 2 pas 15... Dieu seul sait ce qui me serait arrivée si j'en avais 15 ;) 
Je loupe une marche... Vol plané... Ordi atomisé (pas d'autre mot)... 
Je pleure toute les larmes de mon corps... Pas parce que je me suis fait mal nonnnnnn... Mon ordi a rendu l'âme et j'ai eu beaucoup de mal à accepter son état de mort cérébrale !! 
Pendant quelques jours je traine mes guêtres l'âme en peine à la maison... Ma moitié n'en peut plus ! A tel point qu'il m'appelle le "mur des lamentations sur pattes"
Il m'achète un ordi tout beau tout neuf !! 
Allez savoir pourquoi, en commençant à appréhender mon nouvel ordi, me vient l'histoire de Daphné... et Fiona. 
Deux jeunes femmes que tout oppose et qui, pourtant tisseront des liens d'amitié très forts. Est-ce du vécu ? Peut-être ! L'amitié c'est aussi voir au delà des apparences... 

Je commence donc ce qui deviendra le premier tome de la saga en (normalement) 2 volumes des Demoiselles d'Arisaig. 
Le premier tome raconte l'histoire de Daphné (prénom inspiré par ??? Vous avez 3 heures ;)... 
Cette jeune femme quitte la ville de Glasgow pour s'installer dans le petit village de pêcheur du nom d'Arisaig... mais c'est ou ça ?! Re-vous avez 3 heures ;) 



Je vais éviter de faire ma peau de vache et vous aider dans votre dissert ;) Le prénom, Daphné, m'a été inspiré par l'auteur bien connu de Rebecca ;) Quand à Arisaig, je venais d'avoir un coup de coeur pour une romance historique dont le titre va certainement parler à certaines d'entre vous "La châtelaine de Mallaig"... Après avoir terminé l'histoire de Gunelle et Ian mon esprit voguait encore dans paysages sauvages de l'Ouest de l' Ecosse. Et c'est tout naturellement que Daphné y a déposé ses valises :) 



Quelles ont été mes autres sources d'inspiration ? Ou plutôt quelles sont les références films ou romans que j'ai pu citer ? 

Vous connaissez mon amour pour Jane Austen et notamment ce cher capitaine Wentworth du roman Persuasion... j'en fais référence alors que nos héroïnes parlent du héros de la série... Prison Break ! Deux univers que tout oppose et pourtant, ils ont un point commun ! devinez lequel ? ;) 



Vous découvrirez que Daphné est une adepte du booty-shake, et cette scène m'a été inspiré par les Chipettes... oui vous avez bien lu ;) Mes filles passaient en boucle le clip des chipettes dans lequel, elles imitent une Queen B au top de sa forme. 



N'oublions pas la reine, que dis-je l'impératrice des enfoirés affectifs qui a tout naturellement trouvé sa place dans mon histoire... parce que Bridget, c'est un peu l'histoire de nos vies ... 
D'ailleurs à ce propos, je vais vous raconter une petite anecdote :) 
Il y a des années de cela, un certain matricule H venait de me larguer comme une vieille chaussette... Après 4 ans de bons et loyaux services, notre histoire a pris fin sur un malentendu stupide... Bref, je suis tombée dans une dépression de type Z (la pire !! Celle ou tu te morfonds genre... pendant des mois en bouffant tout ce qui te tombe sous la main et en refusant de mettre le nez dehors... le lavage de cheveux était optionnel)... Mes chères amies, souvenez-vous les NJDEKHS (https://irwt.blogspot.fr/2016/06/hymne-lamitie-ou-comment-jai-choisis.html)ont pointé chez moi un jour de mai et ont sonné à l'interphone en me menaçant de me sortir en pyjama... J'ai cédé ;)    


Les autres références sont nombreuses, je ne pourrais pas toutes les citer ici mais je n'ai pas oublié mon amour pour la mythologie grecque avec le surnom du héros "Apollon" qui est originaire d'Edimbourg, notre Athènes du Nord... A ce propos ? Le Dieu Apollon était-il vraiment blond ? ;) 

Je cite également un extrait d'une série devenue culte pour la plupart d'entre nous à savoir "Friends"... parce que.. Friends ?! 

Il y en d'autres bien évidemment, mais je ne vais pas toutes les citer ici :) 

J'espère que cet article un peu particulier vous aura plu... mais si vous êtes arrivées jusqu'à la fin, c'est que ce n'était pas si mal que ça :) 

Bonne lecture, ou pas ;) 

Sanasan

lundi 20 février 2017

The Last Kingdom

Bonjour tout le monde,



Synopsis 

Au 9ème siècle, l'Angleterre, séparée en de nombreux royaumes, est envahie par les Vikings menés par le Roi Alfred. Alors que le royaume de Wessex est le seul à résister, Uhtred, le fils d'un noble, kidnappé par les Vikings lorsqu'il était enfant, doit choisir entre son pays natal et le peuple qui l'a élevé.


Ce synopsis trouvé sur Allociné est non seulement incomplet, mais carrément faux... 
Les Vikings ne sont pas menés par le roi Alfred puisqu'il est roi du Wessex. 
De plus on insiste sur l'idée qu'il devra faire un choix entre ses origines saxonnes et le peuple danois qui l'a vu grandir. Encore une fois, ce résumé nous induit en erreur. Uhtred, fera preuve d'inconstance à plusieurs reprises mais pas forcément entre les différents clans. Sans trop spoiler, je dirais que son choix, arrivera plus vite que prévu. Sa loyauté ne sera pas toujours acquise au clan sur lequel portera son choix, mais à ce niveau là, au moins, il ne sera pas une girouette... 

Pour développer un peu plus ce synopsis, je dirais qu'Uhtred fils du Comte Uhtred, fut enlevé enfant, par les danois et réduit à l'état d'esclavage. Mais cet état ne durera pas, puisque l'homme qui l'a enlevé, Ragnar le Grand, fera de lui son fils adoptif. Il sera élevé au coté de ses enfants légitimes et de Brida. 

Alors qu'ils sont encore enfants, la fille légitime de Ragnar subira une agression (petite l'agression) de la part du fils du forgeron. Afin de venger l'honneur de sa fille, ce barbare (j'ai pas d'autre mot), ne trouvera rien de mieux à faire que de lui couper je ne sais plus quoi (la main mais sans certitude, j'ai tourné la tête à ce moment là). 

Des années plus tard, le père et le fils décide de se venger. Ni une, ni deux, ils foutent le feu à la baraque et assassine tout le monde, sauf Uhtred et Brida qui sont occupés à batifoler dans l'herbe. 

Ces derniers décident de se sauver, et contre toute attente, les autres danois leur imputent les meurtres de Ragnar et sa famille. 

Obligé de fuir, Uhtred décide d'aller récupérer le fief de son père, dont il a été spoilé par son oncle qui avait frayé avec les danois pour se rendre maître du Comté. 

Quand on décide une telle manoeuvre, vaut mieux être plus de deux... 

Uthred, se rendra alors à la cour du roi Alfred. La couronne qui devait revenir au fils légitime du roi décédé, lui sera finalement attribué par les sages et par son propre frère qui estime que son fils ne fera pas un souverain digne de ce nom (l'un des personnages les plus tordants que j'ai eu le plaisir de découvrir dans une série médiévale)... 

Passé les épisodes où l'on découvre les personnages et où toutes les différentes intrigues vont se mettre en place, la série devient enfin intéressantes à mon sens. Au début, il vous faudra donc vous accrocher un peu afin de retenir les innombrables noms chelous, et les principales intrigues. 

En parlant de noms chelous, venons-en aux différents personnages. 

Dans ce genre de séries, du médiévale rappelons-le, mieux vaut ne pas s'attacher aux personnages. Cela étant dit, je ne me suis pas franchement attachée aux personnages mais pour une tout autre raison. Je ne les ai pas trouvé du tout sympathiques. A commencer par cette girouette d'Uhtred. 
C'est un garçon courageux, un tacticien hors pair, un beau gosse, mais... je l'ai trouvé d'une connerie intersidérale. 
Attention, il s'agit d'une avis purement subjectif, parce que ma belle-soeur par exemple l'a adoré !! 
Moi au contraire je l'ai trouvé inconstant à bien des égards... à commencer par ses relations avec les femmes... 
Peut-être parce que je suis adepte des amours exclusives. 

ATTENTION SPOILERS : 

Il déclare à Brida je cite "tu es la moitié de moi-même", mais... l'oublie bien vite dans les bras de celle qui va devenir son épouse la douce Mildris, pour ensuite, se vautrer dans les bras de sa "reine vierge"... ok ?! 

FIN DU SPOILERS... 

Une galerie de personnages très intéressants, mais celui qui a eu ma faveur, bien que trop dévot à mon gout, c'est le roi Alfred. Pour celles qui ont visionné la série Ripper Street vous reconnaîtrez surement le journaliste qui en contre-partie d'exclusivité, donne des infos à l'inspecteur Reid. Mais j'ai également beaucoup aimé Mildris. Femme courageuse, qui essaye malgré les difficultés auxquelles elle doit faire face, de garder le cap.



En visionnant cette série, j'ai pensé souvent à la série les piliers de la terre et la présence omniprésente de l'église dans les intrigues et les décisions des différents protagonistes. 
Les danois sont des païens, et Uhtred, sera bien souvent confronté à des choix qui lui sembleront irrationnels de par la culture qui lui aura été enseigné par les siens durant son enfance. 

Qui dit série médiévale, dit bien entendu violence, viols, démembrements en tout genre, batailles épiques, et cruauté gratuite. Mais ce n'est pas forcément une constante. Certes, il y en a, on ne peut le nier, mais pas à toutes les scènes non plus. 

Pour conclure, je dirais que "Last Kingdom" est une série que j'ai vraiment beaucoup aimé. La découverte du règne d'Alfred, assez méconnu jusqu'alors,  les invasions vikings, la vie des saxons avant l'envahisseur normands, les décors réalistes, la multitudes de personnages. Tous ces éléments réunis, en font indéniablement une bonne série. 
En revanche, je ne me suis pas du tout attachée au héros et c'est assez rare pour le souligner. 
Cela ne m'empêche pourtant pas, d'attendre la saison 2 avec impatience !! 

Bon visionnage, ou pas ;) 

Sanasan







jeudi 19 janvier 2017

Throwback thursday livresque !!





Bonjour tout le monde, 

Le thème du Throwback thursday livresque de cette semaine est "coup de coeur absolu de 2016".
Nul besoin de s'étaler, mon choix est vite fait !! 

Tatiana de Paullina Simmons est non seulement mon coup de coeur pour cette année, mais un coup de coeur tout court. Je ne pense pas l'oublier de sitôt, et au même titre que Persuasion de Jane Austen, ou la Chatelaine de Mallaig, il entre dans le cercle très fermé, de mes lectures que j'aime d'amour... (comment ça, ça se dit pas ? ;) )... 

J'ai émis quelques réserves concernant le tome 3, vite balayées par mon engouement pour les 2 premiers tomes de cette formidable saga !! 




Résumé

En plein siège de Leningrad, la passion bouleversante d'une jeune Russe et d'un officier de l'Armée rouge... né en Amérique. Tatiana et Alexandre se rencontrent pendant l'été 1941, le jour où l'Allemagne de Hitler déclare la guerre à l'Union soviétique de Staline. Ils s'aiment au premier regard, d'un amour absolu, et interdit : lié par un terrible secret, Alexandre est promis à la sueur aînée de Tatiana. Ensemble, Tatiana et Alexandre affronteront tous les dangers de cette guerre qui va bientôt précipiter leur ville dans l'horreur, la famine, la peur, le froid, la mort...

Bonne lecture... ou pas !!

Sanasan

lundi 16 janvier 2017

Challenges 2017

Bonjour tout le monde, 

J'ai pris la grande décision aujourd'hui de participer à deux challenges. 

En soi, participer à des challenges est déjà un challenge pour moi :) Chose que, d'ordinaire, je ne fais jamais... 
Étant par nature, une procrastinatrice née, j'évite en général de m'imposer des contraintes, mais là je dois avouer que j'ai tout à y gagner. 
L'un me permettra de vider ma pal et l'autre de renflouer mes caisses vides... un peu comme celles de l'état ;)  

1er Challenge 

Je vais commencer par vous parler du premier challenge "le 52 weeks money" découvert sur le blog 
"Revoir 1 printemps"

Quel est le principe de ce challenge ? 
Il est très simple et surtout à ma portée, mettre de l'argent de côté chaque semaine sachant que ladite somme correspond à la semaine calendaire. Je reprends l'exemple très concret de Zofia pour vous en expliquer le principe de façon un peu plus claire. 

1ère semaine de janvier =  1€
2ème semaine de janvier = 2 € 
3ème semaine de janvier = 3 €
Etc... 

Zofia propose une solution pour les derniers mois de l'année durant lesquels nous devrons épargner des sommes assez conséquentes, à savoir rééquilibrer cette épargne en l'étalant sur les autres mois de l'année. Je trouve cela très judicieux et vais essayer de m'y tenir (ce mois-ci c'est mort, j'ai eu la mauvaise surprise de recevoir le 1er tiers des impôts tout à l'heure dans ma BAL, je vais donc me contenter des 2 € ;) )... 




2nd challenge 



Ce dernier me permettra, du moins je l'espère, de vider ma pal. Cette dernière est abyssale et a priori, je devrais pouvoir y piocher chaque mois un roman correspondant au thème imposé. 
Ce challenge s'intitule "Une année sous le signe de la romance" et nous est proposé par le blog "Nothing but romance"

Avec un intitulé pareil, forcément ça ne pouvait que me plaire. Moi dont les 20 dernières années, et même plus, sont placées sous le signe de la romance ;) 
Ce challenge consiste à lire un livre par mois avec la possibilité, à chaque fois, d'utiliser l'un des 5 Jokers proposés. 

Voici la liste des thèmes proposés ainsi que leurs jokers : 

Janvier
Une romance dans laquelle les héros entretiennent une relation d’amour/haine.
Février
Une romance dont le titre mentionne le mot « amour » pour célébrer la Saint Valentin.
Mars
Une romance dans laquelle les héros font face à leur premier amour ou à un amour de jeunesse.
Avril
Une romance dans laquelle le héros est un véritable bad boy (du type qu’on ne souhaite rencontrer que dans une romance!).
Mai
Une romance dans laquelle l’un des héros possède un handicap.
Juin
Une romance dans laquelle les héros doivent faire face à une situation de mariage arrangé ou à la rencontre inattendue de leur âme sœur.
Juillet
Pour se mettre dans le contexte des vacances, il faut une belle histoire d’amour qui se passe au bord de la mer !
Août
Bousculons les conventions : lire une romance homosexuelle ou une romance dans laquelle le rôle traditionnel de l’homme et la femme sont inversés.
Septembre
C’est la rentrée littéraire ! Lisez une romance d’un auteur francophone.
Octobre
Opération PAL (Pile A Lire) : lire une romance qui se trouve dans sa PAL depuis plus de trois mois.
Novembre
Une romance dont les héros n’étaient pas destinés à se rencontrer.
Décembre
Pour se mettre dans l’ambiance, pourquoi ne pas lire une romance dont l’action se déroule à Noël ?
Bonus 
Avoir lu une série entière de romance (qui compte plus de 2 tomes !) pendant l’année.
Jokers
1 : Nos vies sont très chargées donc on peut se permettre un mois sans lecture.
 : Une romance dont vous adorez la couverture.
3 : Relecture d’une romance coup de cœur ou feel-good
4 : Une romance d’un genre que vous évitez habituellement 
5 : Une romance qui se situe dans un contexte original 
Bonne lecture... ou pas ;) 

Sanasan



samedi 14 janvier 2017

Bye Bye 2016... Enjoy 2017

Bonjour tout le monde, 

Je vais commencer par vous souhaiter une merveilleuse année 2017... parce que tout devrait être merveilleux. Ce n’est pas toujours le cas, mais si l’on remet chaque chose en perspective, nous sommes de sacrés chanceux et rien que pour ça, réussir à se réjouir de notre "quotidien" paraît déjà plus facile... 

Ouais, bon, soyons honnêtes, abstraction faite de la période prémenstruelle où la majorité d’entre nous est prise d’une envie furieuse de se jeter par la fenêtre pour des raisons qui ferait pâlir d’envie le plus désespéré des réfugiés. 
Vous voulez un exemple ? Éclater son pneu en se prenant un trottoir, alors même qu’on s’arrête pour aider 2 jeunes femmes en détresse... 
Résultat des courses, ma petite mésaventure m’a coûté 300 € en pneus neufs ;) Et tout ça à la plus mauvaise période qui soit pour une femme... j'avais donc bien envie de me jeter d'un pont :)



 Venons-en maintenant à l’objet de cet article... 

Mes coups de coeur sont peu nombreux cette année et la raison est simple... 
Pour celles qui ne suivent pas mes aventures sur Facebook, sachez qu’en parallèle, j’écris. 
 Ma première "romance" ou plutôt "comédie romantique" sera bientôt publiée aux éditions "Mots en Flots". Elle s’intitule les demoiselles d’Arisaig et narre les aventures d’une petite communauté de farfelus originaire d’Écosse. Le premier tome sera consacré à l’une d’entre elles, que j’ai prénommée Daphné. :) 
Une romance moderne ? Cela peut vous sembler étonnant, au vu de ma très forte inclination pour la romance historique. La raison est toute simple... j’avais déjà toute l’histoire en tête. ;)

Mais ce n’est pas tout, en parallèle à l’écriture de ce roman j’ai commencé ma deuxième romance historique, dont je vous reparlerai très bientôt. Mais pourquoi deuxième ? Parce que mon tout premier roman historique dont le titre provisoire est "le journal d’Anna" dort tranquillement dans mon ordi jusqu’à ce que j’ai, un jour peut-être, le courage de me pencher de nouveau sur la question. Contre toute attente, l’intrigue de cette dernière se déroule à Boston à la fin du XIXe siècle, et non en Écosse.


Pour toutes ces raisons, je ne me suis pas vraiment consacrée à la lecture autant que l’aurais voulu. 
Mais j’ai lu et je peux même me targuer d’avoir eu quelque coup de coeur dans ce désert livresque...



Commençons par le coup de coeur de fin d’année La trilogie Tatiana de Paullina Simmons (abstraction faite du dernier dont je me serais bien passée)... Ce roman est une tuerie absolue !! Mais...bien qu’il m’ait fait très forte impression, je peux sans doute m’avancer en affirmant qu’il ne plaira pas à tout le monde. Je ne l’ai pas mentionné dans ma chronique, mais après réflexion, ce type de romance peut filer de l’urticaire à celles qui aiment les héroïnes à fort potentiel de grandes gueules... Ce que Tatiana n’est pas. Elle est courageuse, généreuse, débrouillarde, mais n’est pas nantie d’une grande gueule inutile. Grandes gueules inutiles qui parfois desservent complètement la crédibilité de la romance. D’autant que nous avons à faire à une romance historique... pas si lointaine certes, mais on n’était pas encore en 69 ;) Et Alexandre est quand même sacrément macho !! Alors perso, cela ne me gêne pas du tout, puisque par ailleurs, il prouve son amour pour cette femme de toutes les manières possibles... Cela étant dit, historiquement parlant, l’Union soviétique, concernant le droit des femmes, à bien des égards, était en avance sur presque tous les autres peuples européens. Comment ça non ? Si si je vous assure... 

Cette année... et Cellardoor m’a également permis de découvrir l’excellente Anne Perry au travers des aventures de Thomas et Charlotte PITT... Et bien que la première histoire m’ait beaucoup plus... j’avais émis quelques réserves concernant Charlotte... réserves qui ont disparu à la suite de leurs aventures. :) 

Ensuite, et ce sera le dernier coup de coeur livresque, j’ai poursuivi ma lecture de la fabuleuse saga de Monica McCarty, les chevaliers des Highlands et le tome 8 "le Brigand" m’a littéralement scotché. J’ai retrouvé dans ce tome tout ce qui fait le talent de l’auteur, mais pas que !! Car ce talent ont le retrouve dans pratiquement tous les tomes sauf le 9 "La flèche" que beaucoup d’entres attendaient avec impatience... peut-être trop. Mais Le Brigand était particulièrement réussi. Attaquons maintenant la partie ciné/séries. 

Au cinéma c’est très simple je n’ai eu que deux coups de coeur Bridget Jones et Danish Girl... L’un m’a fait hurler de rire et l’autre m’a fait pleurer à chaude larme (et pas que moi d’ailleurs, les nanas derrière moi reniflaient à outrance)... 
Mais les deux sont de véritables réussites cinématographiques chacune dans sa catégorie. 

Ensuite, côté série, Poldark est largement en tête devant tous ses autres concurrents. Mon intérêt n’a fait que croître épisode après épisode et malgré un visionnage en anglais pour la dernière parti de la saison 2... 

Sherlock que l’on ne cite plus tant il fait l’unanimité. Cette série est intelligente, visuellement très intéressante, des intrigues toujours poussées et recherchées et un casting de folie... what else ? 

J’ai aimé beaucoup d’autres séries cette année, notamment des séries courtes de la BBC, mais je n’irais pas jusqu’à dire que ce sont des coups de coeur... Est-ce que je deviens plus difficile avec l’âge ? Je ne crois pas. Je pense que lorsqu’on regarde beaucoup trop de séries, à un moment donné notre niveau d’exigence augmente avec le nombre de séries visionnées... tout simplement ;) D’une logique implacable me direz-vous ;) 

Mais je citerais quand même certaines séries qui m’ont fait très forte impression : And Then they were none, Wolf Hall,  Les piliers de la terre, Rome, Outlander (pas de coup de coeur pour moi... trop de redondance tue la redondance) The fall (dont j’ai particulièrement apprécié l’atmosphère) Ripper Street (diffusée en ce moment sur la 23)... 

Et voilà pour un bilan maigrichon qui je l'espère prendra mon exemple corporelle et s'étoffera avec le temps... 

Bonne lecture, ou pas ;) 

Sanasan